Découvrir et cultiver les tomatillos

Vous connaissez les tomatillos ? Si ce nom ne vous dit rien, alors j’espère que cet article vous donnera envie de découvrir ce délicieux légume mexicain. Il est de la famille des solanacées, comme la tomate.

Je l’ai découvert, il y a 2 ans, au marché. Après l’avoir cuisiné, comme j’ai vraiment bien aimé, j’ai gardé des graines. J’en ai aussi acheter chez un grainetier en ligne, car je n’étais pas sûr que les graines récoltées de mes légumes du marché soient viables. J’ai donc tenté tout ça au jardin l’an dernier.  J’ai testé la variété verte, aux gros fruits, et la variété violette, avec des fruits plus petits. Ce fut une vraie réussite. La production a été très abondante.

L’été 2019 fut un été de chaleur et de sécheresse. Pourtant, à arrosages équivalents, les tomatillos ont donné plus que les aubergines et les tomates. Ils ont aussi parfaitement résisté à la sécheresse. Le goût fruité, un peu épicé des tomatillos violets est vraiment très sympa. Les gros verts ont un goût de vache qui rit, étonnant.

Un peu d’histoire

Ils viennent d’Amérique Centrale, du Mexique notamment. Ils sont très présents dans la cuisine de ce pays. On les trouvent aussi sous l’appellation de tomatilles. Leur nom latin est « Physalis ixocarpa » ou parfois « philadelfica ». Oui, c’est bien un physalis, proche de l’amour en cage, qui est une vivace plus connue. Mais celui qui nous intéresse au potager est une plante annuelle, de même culture que les tomates. D’ailleurs, au Mexique, les tomatilles ont été cultivées par les indiens bien avant que la tomate ne soit domestiquée. On les trouve en Europe depuis peu, alors qu’elles restent très cultivée au Mexique depuis des siècles.

Culture

Les tomatillos se cultivent comme les tomates, tout en étant moins exigeants. Il faut les semer au chaud, en mars/avril. Ensuite, on les installe en pleine terre dès que les gelées ne sont plus à craindre. Pour une bonne fructification, il faut du soleil et une terre riche. Ils apprécient un bon arrosage durant les périodes les plus sèches, histoire de maintenir leur abondante floraison et fructification, qui s’étale de fin juillet à octobre. Cependant, avec un bon paillage, ils résistent bien à la sécheresse, mieux que les tomates. Après la floraison, on a donc un petit lampion qui se forme, puis à l’intérieur, le fruit grossit jusqu’à faire éclater le lampion. Le fruit peut atteindre la taille d’une belle tomate (d’où son nom) pour les variétés vertes. La variété violette est plus petite mais on atteint quand même la taille de belles petites tomates. C’est quand le lampion est bien rempli ou qu’il éclate qu’on sait que les tomatillos sont mûrs.

Voilà, ne reste plus qu’à les utiliser dans vos plats. Ils sont très bons crus, mais encore meilleurs cuits. Ils font d’ailleurs merveille dans les ratatouilles où ils ajoutent une petite note exotique.

Pour moi, ils font  désormais partie des légumes incontournables à cultiver chaque année. Pour le prochain printemps, j’ai commandé d’autres variétés, pour voir. Dernier point : on peux aussi faire ses graines très facilement. L’intérieur du tomatillo est ferme, contrairement à la tomate. Avec la pointe d’un couteau, il est facile de sortir les graines pour les faire sécher. Et ça marche très bien !

Alors, à vous d’essayer ce nouveau légume exotique, productif et original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.