Petits fruitiers exotiques et originaux

Les petits fruitiers originaux sont nombreux et mériteraient vraiment d’être davantage cultivés. Par petits fruitiers exotiques et originaux, j’entends les plantes arbustives, semi-arbustives, voire annuelles qui donnent des fructifications au goût parfois spécial mais qui permettent de diversifier ses cultures. On a en effet tendance à toujours cultiver les mêmes groseilliers, cassissiers, framboisiers… Je vous propose dans cet article d’en découvrir d’autres, tout aussi résistants et intéressants. Voilà ci-dessous, de quoi donner un peu d’originalité à vos desserts ou  à vos confitures.

Arbustes : caseille, baie de mai et arbre à faisans …

Parmi les plus connus de ces fruitiers (mais pas le plus cultivé), il y a le caseillier, qui donne la caseille. Il s’agit d’un hybride entre le cassis et la groseille à maquereaux. On commence à le trouver en jardinerie, et il fait son chemin tranquillement. Il a la carrure d’un cassissier, et fleurit jaune au printemps. Il donne des fruits abondants, semblables à de gros cassis très acidulés.

Les baies de mai sont les fruits d’une variété de chèvrefeuille arbustif le Lonicera caerulea Kamtschatica. Ils sont récoltables dès le mois de mai, sont bleus, assez acidulés et très riches en vitamines (C notamment). L’arbuste est très rustique et ne dépasse pas les 2 m de haut.

Dans les arbustes, il me faut parler aussi de l’arbre à faisans, le Leycesteria formosana. Même s’il n’est généralement pas classé dans la catégorie des arbustes fruitiers, sa fructification est cependant intéressante. C’est d’abord un très bel arbuste d’ornement. Ensuite, ces fleurs sont magnifiques et suivies de petites baies au goût de caramel un peu fort. Attention, il faut les consommer quand elles sont bien mûres, et elles le sont quand elles sont très noires. Les petites baies ne sont pas forcément faciles à récolter, car tous les fruits ne sont pas mûrs en même temps. Cela reste un fruitier original, avec des fruits au goût étonnant, très appréciés des oiseaux (la concurrence est rude !)

Petits arbustes ou rampants : airelle, cranberrie, canneberge…

Dans la catégorie des petits fruits, il serait dommage de ne pas parler de ces petits bijoux que sont les airelles qu’on commence à trouver aussi bien en jardineries que sur les étals des vendeurs de fruits. On regroupe sous l’appellation “airelles“, tous les fruits du genre Vaccinium. Ce genre appartient lui-même à la grande famille des éricacées. Cependant, l’usage veut qu’on appelle spécifiquement “airelles” les fruits des 2 espèces européennes les plus courantes,Vaccinium vitis idea et Vaccinium oxycoccos. Le terme “canneberge“, ou “cranberry” en anglais, s’applique lui aux fruits de l’espèce Vaccinium macrocarpon, plus fréquente en Amérique du Nord. Bref, vous l’avez compris, avec les airelles, il y a de quoi en perdre son latin !

Ces trois espèces se trouvent désormais facilement. Elles ne dépassent pas les 30 à 40 cm de haut et préfèrent les sols acides et frais. Les canneberges ont un port plus rampant. Toutes produisent des petites baies en automne, très riches en vitamines et en antioxydants. De quoi faire le plein de bonne santé avant l’hiver.

Un fruit médicinal : la gaulthérie couchée

Dans la même famille des éricacées, on trouve aussi la gaulthérie couchée, Gaultheria procumbens. Cette petite plante rampante produit des fruits rouges, qu’on pourrait prendre pour des airelles, s’ils n’avaient pas cette odeur médicamenteuse, camphrée, très prononcée. Cette odeur, on la retrouve dans les pommades utilisées contre les douleurs musculaires ou les entorses. On en fait d’ailleurs une huile essentielle, appelée “Wintergreen”. Les indiens d’Amérique du Nord l’utilisaient  en écrasant les fruits sur les muscles ou les articulations douloureuses. Le fruit est aussi très riche en salicylate de méthyle (aspirine). Les indiens l’utilisaient pour faire baisser la fièvre. Comestible, on peut paraît-il en faire des confitures… Voici en tous les cas, à défaut d’être vraiment alimentaire, un petit fruit médicinal dont l’odeur étonne toujours les visiteurs.

Toutes les plantes citées dans ce paragraphe sont acidophiles, ce qui permet de les associer avec des azalées, des rhododendrons, des camélias. De quoi rendre intéressant toute l’année les massifs de terre de bruyères, qui sont souvent bien tristes après l’exubérance des floraisons printanières.

Arbustes sarmenteux : baie goji et tayberry

Dans cette partie, nous parlerons des fruitiers qui ne sont pas vraiment des grimpantes (un article sera consacré aux lianes à fruits), mais qui sont assez volubiles.

La Baie Goji, très à la mode, est un arbuste sarmenteux. Il forme un gros buisson, aux branches pendantes, qui peuvent mesurer plusieurs mètres. Il faut le conduire sur un support, comme une plante grimpante. Elle est facile à cultiver, très rustique et produit beaucoup de petits fruits, riches en vitamines et minéraux.

Le tayberry, est le résultat d’un hybridation entre la mûre (fruit de la ronce) et la framboise. C’est une plante aussi volubile que la ronce et très épineuse. Il faut la conduire comme une grimpante pour faciliter les récoltes. Ses fruits sont délicieux et ressemblent à de grosses framboises. Ils sont précoces, dès le mois de juillet et pendant plusieurs semaines. La plante se marcotte très facilement. Comme pour le mûrier, les tiges qui ont fructifié se dessèchent, mais elles sont continuellement remplacées par d’autres.

Herbacées annuelles : morelle de Balbis, physalis et tomatillo

Et pour terminer cet article non exhaustif sur les petits fruitiers originaux à installer au verger ou au jardin, parlons de quelques herbacées. Le physalis, ou coqueret du Pérou (Physalis peruviana), est très connu.  Plus étalé et moins cultivée, sa cousine, la cerise de terre (Physalis pubescens), est pourtant plus productive en petits fruits encapsulés et délicieux. Facile à cultiver, ce physalis mérite lui aussi sa place dans tous les jardins. Moins connu encore, le tomatillo (Physalis ixocarpa) est une plante à l’abondante fructification. De grosses lanternes abritent des beaux fruits charnus et acidulés qui peuvent s’ajouter avec bonheur aux légumes-fruits du jardin dans les ratatouilles estivales.  Ces plantes ont déjà été évoquées dans l’article sur les légumes sud américains.

La morelle de Balbis (Solanum sisymbrifolium) est bien moins connue. Comme le physalis et le tomatillo, elle appartient à la même famille que la tomate, celle des solanacées, qui n’a décidément pas fini de nous étonner. Son fruit à un goût intermédiaire entre la tomate et le litchi. D’ailleurs, on l’appelle parfois “tomate-litchi”. Elle se sème au chaud pour être replantée au jardin à partir de la mi-mai. C’est une plante épineuse qui peut atteindre son bon mètre de hauteur. Elle fleurira tout l’été en donnant des grappes de fruits délicieux et abondants. Ils sont enfermés dans une bogue et sont mûrs quand elle s’ouvre.

Voilà, pour cet article qui vous aura donné envie je l’espère de sortir des sentiers battus pour accueillir de nouvelles saveurs dans votre jardin.

 

3 Comments

  1. Interessant ! Les baies du leycesteria sont quand même assez anecdotiques, je trouve (j’ador eleur goût de caramel brûlé !) , elles ne se conservent pas et à part en parsemer une salade de fruits, leur usage n’est pas simple . Vous n’avez pas mentionné les amelanches je suppose parceque l’arbuste est assez grand ! Outre la beauté de l’évolution de’ leur coloris, elles sont delicieuses´, la encore il y a un engrosse concurrence de la part des oiseaux …..
    Pourrait ton imaginer de cultiver les vaccins, en pots quand on n’a pas une terre acide ?

    1. Oui, les baies du leycestaria sont anecdotiques en termes de récoltes, mais elles font toujours leur petit effet sur les visiteurs ou dans les salades de fruits. Les amelanches feront l’objet d’un autre article, sur les grands arbustes et les arbres fruitiers originaux… Quant aux airelles, on peut les cultiver en pot dès lors que la terre reste fraîche (pas toujours simple en pot) et qu’on leur évite le plein soleil…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.