Un canna très rustique

canna, bananier et rudbeckias - jardin d'epices laurent lafailleVoici un canna très rustique et très intéressant pour nos jardins du nord. En effet, ce canna, Canna edulis (= Canna indica) est étonnamment résistant : j’en ai au jardin depuis des années, dans toutes sortes de situation, et quelques soient les hivers, il revient toujours au printemps. De tous les cannas, c’est celui qui redémarre le plus tardivement, pas avant fin mai. Mais ensuite, la croissance est vigoureuse et il atteint rapidement son mètre quatre vingt de hauteur. De plus, les touffes s’étalent vite, et donnent de beaux massifs de feuilles vert pomme qui donnent une impression d’exubérance : ambiance tropicale garantie en association avec des bananiers, ou des colocasias rustiques.

Cette espèce est très proche des espèces botaniques. Sa floraison n’est pas aussi fashy que celle des espèces classiques, à grosses fleurs, mais elle est quand même intéressante. Les fleurs sont petites et simples, en épis rouges orangés… Indéniablement exotiques ! Cette floraison moins exubérante rend ce canna plus facile à intégrer dans les massifs, l’effet est plus naturel.

Un peu d’histoire

Le canna est originaire d’Amérique centrale et du sud, où il était cultivé par les indiens comme légume. Ses rhizomes sont très riches en protéines. On le consomme toujours dans les pays chauds (Asie, Antilles, Amérique du sud), souvent sous forme de fécule. D’une manière générale, les cannas à petites fleurs sont plus rustiques que les cannas à grosses fleurs (à quelques exceptions près). Pourtant, ils sont beaucoup plus difficiles à trouver, quasiment jamais vendus en jardineries. On les trouve souvent au sud de la Loire, en grosses touffes parfois presque naturalisées, dans les jardins ou aux abords des maisons.

arrière plan siteComme tous les cannas, ce canna très rustique aime les terres riches et bien arrosées mais il supporte aussi étonnamment bien la sécheresse. Son rhizome s’installe beaucoup plus profondément que celui de bon nombre de variétés, ce qui est sûrement à l’origine de sa rusticité. Comme sur tous mes massifs, je couvre les souches d’une bonne couche de compost à l’automne. Cela apporte de la nourriture pour le sol et une protection supplémentaire, au cas où… Mais depuis que j’en ai au jardin, je ne l’ai jamais vu geler. Il a supporté des hivers redoutables, sans dégel pendant plusieurs jours. Les limaces le grignotent bien au printemps, mais sa croissance est si vigoureuse qu’elles déclarent vite forfait.

On le reproduit par division des souches ou par semis. Parfois, il lui arrive même de se ressemer spontanément, même ici, en Île de France.

Au potager

Vous pouvez l’essayer au potager, son gros rhizome est riche en amidon, en fibres, en vitamines A, B, C et il se cuisine comme la pomme de terre….voilà, encore une plante multi-usage et un nouveau légume au potager !

Où le trouver ?

Des graines au comptoir des graines, à la maison du bananier ou à la pépinière plantes exotiques et tropicales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.