Les roscoés

Roscoe purpurata la jardin d'épices Laurent Lafaille (1)
Roscoe purpurata

Dans le prolifique et magnifique ordre des zingibérales, la famille des zingibéracées a encore quelques petites merveilles à offrir à nos jardins tempérés. Parmi celles-ci, il y a les roscoés. Ces petites plantes (40 à 60 cm de haut quand même), égaillent le jardin de juillet à mi-septembre. Au jardin d’épices, on en cultive 4 espèces : Roscoea beesiana (jaune très pâle), Roscoea purpurata (bleu à violine), Roscoea auriculata (bleu marine) et Roscoea cangshanensis (bleu marine).

Parmi les espèces citées ci-dessus, les 3 premières ont fait leur preuve en termes de rusticités : elles ont bravé sans broncher des hivers redoutables et sont toujours revenues dès le printemps. Ces belles plantes tuberculeuses mettent du temps à sortir, entre la mi-mai et la fin mai. Ensuite elles poussent très vite et commencent à nous offrir leurs fleurs d’orchidée entre mi et fin juillet, jusqu’à mi-septembre pour la variété purpurea. L’espèce beesiana, la première à fleurir, s’arrête elle, fin août. Mais pendant la floraison, de nouvelles fleurs apparaissent tous les jours.

La dernière espèce, Roscoea cangshanensis a été installée au jardin cette année, trop tôt pour dire si elle sera ici aussi rustique que les autres, mais elle a déjà une particularité intéressante: elle est stolonifère, c’est à dire qu’elle s’étale grâce à des stolons souterrains, ça va être intéressant de la voir se faufiler par-ci par-là entre les vivaces.

 Un peu d’histoire

Roscoe purpurata la jardin d'épices Laurent Lafaille (2)
Roscoe beesiana

Les roscoés (roscoea en latin) sont des plantes dont l’aire de répartition va du Kashmir au Vietnam, en passant par tout l’arc himalayen et le sud de la Chine. On en compte une vingtaine d’espèces. Découvertes en 1806 par le botaniste James Edward Smith, celui-ci leur à donné le nom de son meilleur ami, William Roscoe, le fondateur du jardin botanique de Liverpool, maintenant “Wavertree Botanical Garden”.

Culture

Ces plantes poussent sans problème dans nos jardins, en situation mi-ombragée à ombragée (mais pas d’ombre trop dense). Elles tiennent aussi en plein soleil, mais la floraison est moins belle (à mon avis) et elles souffrent un peu face au soleil brûlant, surtout si les arrosages viennent à manquer. C’est là une de leurs exigences : plus elles seront au soleil, moins elles devront manquer d’eau alors qu’en situation mi-ombragée ou d’ombrage clair, elles résistent assez bien à une relative sécheresse. Autre élément important : la matière organique ne doit pas leur manquer. C’est aussi une des clés de leur réussite : un sol frais et riche en humus. Une fois installées, ces plantes sont sans souci.

Roscoe auriculata le jardin d'épices Laurent Lafaille
Roscoe auriculata

Où se les procurer?

Voici deux pépinières qui proposent ces plantes à la vente :

Le jardin tropical, une bonne pépinière qui propose quantité de plantes acclimatables dans nos régions.

Promesses de fleurs, une autre pépinière riche en merveilles que je vais découvrir dès cet automne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.