Tétrapanax papyrifer

tetrapanax papyrifer Rex
tetrapanax papyrifer Rex

Le tétrapanax (Tetrapanax papyrifer) est une plante plus facile qu’il n’y parait, il est dommage qu’elle ne soit pas plus cultivée dans les jardins.

Un peu d’histoire

Le tétrapanax est originaire de chine. Elle y est cultivée depuis des temps immémoriaux. Les chinois l’utilisaient pour en faire du papier, grâce à la moelle que contient ses tiges. Quand les Egyptiens avaient le papyrus, les chinois avaient le tétrapanax. D’ailleurs, c’est de là que vient son nom latin : Tetrapanax papyrifer. Mot à mot : tétrapanax qui porte du papier. C’est une plante de la famille des araliacées, qui comporte des plantes bien connues comme le fatsia.

Culture

Nous cultivons la variété “Rex”. Elle a mis un peu de temps à s’installer. Planté en 2010, elle a gelé au ras du sol tous les hivers jusqu’en 2013, mais a redémarré vaillamment à chaque printemps. Depuis 2013, le tronc qui mesure maintenant 1,70 m  de haut, n’a pas gelé. Avec ses feuilles énormes, il dépasse les 2 m de haut. Il  a droit à un bon paillage du tronc et de la souche chaque hiver : tout est bien emmitouflé de paille et couvert avec une bâche. On dit sa souche rustique à -15°C, mais comme je n’ai pas envie de prendre de risque, je paille ! Quand j’en aurai plusieurs pieds bien installés, je serai un peu moins protecteur, histoire de tester sa rusticité sans protection.

Comme il drageonne un peu, il est facile à reproduire : j’ai commencé à installer ses bébés un peu partout dans le jardin. En fait, les drageons sont plus nombreux quand la plante gèle jusqu’au sol. Si le tronc ne gèle pas, il y a moins de drageons. C’est du moins ce que j’ai constaté dans mon jardin.

C’est une belle plante, très décorative. Ici, elle est magnifique au milieu des héliopsis et des anémones du Japon, sur fond de bananier.

héliopsis et anémones du Japon, le jardin d'épices Laurent LafailleAvec de la place et un sol riche, cette plante est spectaculaire et vaut la peine d’être tentée : effet exotique assuré !

Finalement, c’est une bonne plante assez facile à cultiver.

Vous le trouverez dans les pépinières suivantes : la maison du bananier et A l’ombre des figuiers (voir Bonnes adresses), entre autres….

 

5 Comments

        1. Non, pour toutes les plantes et tous les massifs, tout au long de l’année. Pour la protection hivernale du tétrapanax, un bon paillage au pied (paille) et une voile d’hivernage sur le tronc (pour éviter qu’il ne reparte que de la bas en cas d’hiver froid). Si on annonce un gros coup de froid, alors je paille aussi le tronc, là encore, c’est parce que je le veux en petit arbre plutôt qu’en gros buisson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.