Protection hivernale

paillage hivernal
Paillage hivernal

Protection du sol

L’hiver le jardin doit être protégé. Si beaucoup des plantes du jardin d’épices supportent le froid sans problème, on essaie quand même de leur faire passer un hiver pas trop difficile en couvrant systématiquement le sol de matières organiques : des feuilles, du compost, du BRF, de la paille….tout y passe du moment que c’est organique ! Cette douce et naturelle couverture, qui reproduit ce qui se passe sur le sol d’une forêt, permet de nourrir l’écosystème du sol, si important pour la fertilité et pour la santé des plantes. Et puis cette couverture permet d’éviter que la terre ne soit trop abîmée par les alternances de gels et de dégels, par la battance des pluies et du vent.

Ainsi, même en hiver le sol travaille toujours à sa fertilité, préparant  la saison de végétation à venir et ça, c’est grâce à cette bienfaisante couverture organique (utile en toutes saisons).

Protection des plantes fragiles

Les hivers ne sont pas toujours doux, ils peuvent être rigoureux et meurtriers pour les plantes les plus fragiles, cultivées à la limite de leur zone de rusticité. A noter quand même : la couverture du sol évoquée dans le paragraphe ci-dessus contribue grandement à limiter les dégâts, mais elle ne suffit pas toujours et est clairement insuffisante en cas de gros coups de froid. C’est pourquoi, afin d’éviter tout risque, certaines plantes sont consciencieusement emmaillotées : les bananiers, les tétrapanax, les muselles. En fait, pour ces plantes, un simple paillage de la souche pourrait suffire. La plante gèlerait jusqu’au sol et repartirait au printemps mais elle serait moins haute et pour la muselle et les bananiers, il n’y aurait aucune chance de floraison. La protection permet ici d’avoir des plantes qui redémarrent « de plus haut » au printemps, multipliant ainsi les chances de les voir fleurir.

Comment se fait cet emmaillotage ? Par du grillage posé autour de la plante, rempli de paille ; on pose une bâche tout autour qu’on maintient bien pour ne pas qu’elle s’envole et le tour est joué.

Pourquoi la bâche ? S’il pleut beaucoup, la paille s’imbibe d’eau et quand la gelée survient, tout gèle y compris le tronc de vos plantes qui se retrouve en contact avec la glace : la bâche évite que l’isolant ne prenne l’eau et n’isole plus rien !

Et puis il y a la protection plus classique : le paillage au sol, pratiqué sur les cannas, les hédychiums, les zantedeschias, les gingembres du Japon, les fuchsias. Là, même imbibé d’eau, un bon paillage (10 à 20 cm d’épaisseur) a toujours suffit (jusqu’à ce jour, je croise les doigts !) à protéger les plantes du froid.

Pour certaines, il faut quand même rajouter la protection d’une bâche : pour les curcumas, les gingembres (autres que du Japon) et les colocasias. En effet, ces plantes passent d’autant mieux l’hiver qu’elles sont au sec : plus le sol sera sec en hiver, mieux elles supporteront le froid. C’est vrai aussi pour certains cultivars de cannas, les plus fragiles ; la bâche permettra de gagner les quelques degrés qui feront toute la différence. Bien évidemment, en cas de froids intenses, il faudra multiplier les couches afin d’éviter absolument que le froid n’atteignent les parties souterraines.

A retenir : l’humidité hivernale peut s’avérer plus redoutable que le froid lui-même et l’humidité associée au froid peut faire un carnage. En fonction des plantes, il faut isoler du froid ET de l’humidité. Et si la vie biologique du sol est importante, alors moins d’humidité stagnante car la terre de vos massifs ressuiera mieux.

Pour les arbustes (feijoa, olivier), pas de protection particulière si ce n’est un voile de protection acheté en jardinerie, en 1 ou 2 couches selon les froids annoncés. A ce jour, cela a suffit : seuls le bout des branches de l’olivier a gelé en 2011 (-12°C) et le feijoa, n’a subit aucun dégât. Il est vraiment que cet arbuste a subit des froids bien plus intenses, jusqu’à défoliation complète et qu’il s’en est toujours bien remis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.