Créer des buttes

Les buttes, avantages et inconvénients

Créer des buttes permet un recyclage important de la matière organique, une amélioration notable de la fertilité en boostant la vie biologique du sol ;  on peut leur donner les formes qu’on veut, les utiliser autant au potager qu’au jardin ornemental, sinon dans leurs formes, au moins dans leurs principes.

Avantages de la méthode

D’abord, une fois les buttes faites, il n’y a plus de travail du sol : bêche et motoculteur aux oubliettes ! Le seul outil dont vous pourrez encore avoir éventuellement besoin c’est la grelinette ( à défaut, la fourche bêche). Avec elle, vous pourrez aérer le sol si vous trouvez qu’il est compact. C’est ce qui arrivera si vous ne paillez pas et n’apportez pas suffisamment de matières organiques.

La butte devient vite un écosystème très vivant avec un sol débordant de vie : la fertilité du sol s’accroît ! La forme arrondie de la butte capte davantage de rayonnement solaire qu’un sol plat, la terre se réchauffe plus vite au printemps et se refroidit plus lentement à l’automne, ce qui peut allonger les périodes de culture. En cas de fortes pluies, le drainage est meilleur : l’eau stagne et s’évacue par les allées, le fondement de la butte ne se dessèche jamais et l’humidité remonte par capillarité vers l’intérieur et le sommet. Le drainage étant meilleur, on peut planter et semer plus facilement, presque tout le temps en fait (hors période de gel bien sûr !)

Au Jardin fleuri

Pour le jardin fleuri, on garde le principe et on l’adapte. Pour la majorité des plantes vivaces, le fait que le sol soit couvert en permanence suffit amplement à leur bonheur, pas la peine de creuser ou de monter des buttes.

Quand on sait que le principal ennemi de nombreuses plantes, exotiques notamment, c’est l’humidité associée au froid (voir article ici), et que ces plantes sont souvent de grosses gourmandes, on comprend vite l’intérêt d’utiliser le principe des buttes, à la fois pour le drainage, le réchauffement rapide du sol au printemps et l’accroissement de la fertilité.

Dans ses massifs d’exotiques, qui aiment soleil, chaleur et sol bien drainé en hiver, on créera des zones surélevées. C’est le principe de la rocaille mais qu’on peut adapter pour d’autres plantes que des alpines. Les curcumas, les colocasias, les gingembres, les cactus d’extérieur, apprécieront d’être un peu au dessus du niveau du sol. Elles auront ainsi des chances de passer l’hiver sans risque de pourrir.

Inconvénients des buttes

D’abord, c’est physique ! La mise en place demande un gros travail au départ.

Cela bouleverse la vie biologique  mais on ne le fait qu’une seule fois, après on veillera à toujours nourrir ses buttes avec de la matière organique (compost, paillage…)

Dernier inconvénient : il ne faut jamais manquer de matières organiques pour garder les buttes couvertes.

Pour résumé : moins de travail du sol, moins d’arrosage (seulement quand il fait très, très sec). Avec un sol vivant et bien fertile, la butte est la garantie de belles récoltes. On peut aussi, comme le fait Jean Marie Lespinasse, entourer ses buttes de planches pour maintenir la terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.