Le yacon ou poire de terre

Le yacon est une culture phare du potager au Jardin d’épices. On l’appelle encore  “poire de terre”. C’est un légume dont on mange les tubercules qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à des tubercules de dahlia. La plante a un feuillage un peu étrange et pousse plutôt facilement : en fait, elle a aussi bon caractère que le dahlia, ces tubercules sont délicieux et bons pour la santé.

Origine 

Yacon au Jardin d'épicesLe yacon est originaire d’Amérique du sud où il est spontané dans une bonne partie des Andes. Les Incas et d’autres peuples andins le cultivaient depuis des siècles. Plante de climat plutôt chaud, il craint le froid hivernal, comme le dahlia dont il est proche. Ces deux plantes sont d’ailleurs de la même famille, celle des astéracées . Le doux nom latin du yacon est : Polymnia edulis. Yacon ou poire de terre, c’est plus simple !

Culture

Une bonne terre de jardin, de bons arrosages et la plante grossit vite. Les tubercules se plantent au printemps. La récolte se fait en automne, en octobre ou en novembre, une fois passés les premiers gels. 

Quand on arrache la souche, il y a deux parties. Les tubercules allongés qui ressemblent aux tubercules de dahlias sont la partie qu’on mange. La partie haute de la souche, présente des tubercules plus petits, plus ronds. Ces tubercules servent à la reproduction de la plante. Donc, on récolte les gros tubercules allongés et on replante le haut de la souche. On peut aussi les conserver dans en cave pour les replanter au printemps, cela dépend des hivers que vous avez dans votre région. Le yacon, est finalement assez rustique, je trouve. Je replante directement en terre la partie haute après la récolte depuis plusieurs années, et je paille pour l’hiver. J’en profite aussi pour diviser. Tout ça redémarre sans problème au printemps. Comme pour les dahlias qui restent ici en pleine terre depuis des années. Si vous avez des mulots dans votre jardin, il y a un risque que rien ne redémarre au printemps, donc, jouez la sécurité en conservant le haut de la souche sous abris.

Le yacon aime les arrosages en été, quand il fait chaud et sec, car il supporte assez mal la sécheresse. De bons arrosages, un sol bien paillé et c’est la garantie d’une belle récolte. Les conditions de culture sont assez semblables à celles des dahlias, en fait.

A part le mulots durant l’hiver, la poire de terre connaît peu de prédateurs, et pas de maladies.

En cuisine…

Les tubercules sont croquants, un peu sucrés. Le goût rappelle la poire, ou la pomme, un peu la pastèque, c’est difficile à définir… Plus ils vieillissent, (ici sous l’évier dans la cuisine), plus ils deviennent sucrés. Ils s’épluchent comme les pommes de terre et on peut les manger aussi bien crus que cuits, dans des potées par exemple. Au Jardin d’épices, c’est un bon légume dont on ne saurait désormais se passer.

Des vertus médicinales

C’est l’autre intérêt de cette plante : ses vertus médicinales. Le sucre que contient le yacon n’étant pas assimilable par notre organisme, les diabétiques peuvent en consommer sans problème. Il est très riche en minéraux (magnésium, calcium, fer…) et en protéines. On consomme aussi ses feuilles, en thé : elles sont utilisées dans les régimes minceur, car elles contiennent des substances qui empêchent à la graisse de s’accumuler dans l’organisme. On fabrique aussi un sirop, très connu en Amérique du sud.

Voilà un nouveau légume très intéressant pour nos jardins, qu’on peut consommer sans modération. On peut aussi l’intégrer dans les massifs ornementaux, car c’est une plante assez volumineuse au feuillage très original. 

Article remis à jour en novembre 2020.

 

4 commentaires :

  1. Bonsoir,
    Vous parlez dans cet article de 2014 du recul sur la rusticité de cette plante…
    En ce début 2017, pouvez-vous donc nous en dire plus ?
    Merci.
    Cordialement,
    jérôme.

    • Bonjour,
      Le yacon qui a passé l’hiver 2014/2015 en terre est bien reparti. Du coup, pour l’hiver 2015/2016, j’ai tout laissé en terre : aucun problème, tout a passé l’hiver. A ce jour, tous mes yacons sont en pleine terre mais il est encore trop tôt pour dire si ils ont passé cet hiver 2016/2017 particulièrement froid ici (une pointe à -13° au thermomètre et un -16°C en température ressentie). C’est un bon et vrai hiver, dans la norme de la zone 7, qui va permettre de faire un bilan complet sur certaines plantes et on verra si la rusticité vantée par les pépiniériste est réelle ou exagérée. Je vous tiendrai au courant dès le départ de la végétation au printemps, pour les yacons et les reste…
      A bientôt !
      Laurent

  2. Bonjour, n’avez vous pas de problèmes avec les ravageurs souterrains comme les rats taupiers ? Chez moi, presque tout est attaqué, d’autant plus si je laisse en terre…

    • Bonjour, non, aucun problème. Il y a dans le jardin des zones sauvages, ce qui permet une importante biodiversité et de nombreux prédateurs : faucons crécerelle, buses, fouines, renards… Il y a des moments où campagnols et mulots prolifèrent, mais cela se régule très vite, sans dégâts notables sur les cultures.

Les commentaires sont fermés