Alstromère, le lis des Incas

alstroemerias, cannas rustiques, le jardin d'épices Laurent LafailleL’alstromère, ou lis des Incas, est une jolie fleur qu’on trouve souvent dans les bouquets achetés chez le fleuriste. Elle possède un indéniable petit côté exotique de par la forme et les coloris de sa fleur. On la trouve rarement dans les jardins, elle y pousse pourtant volontiers, à condition de respecter quelques règles.

Un peu d’histoire

L’astroemeria ou alstromère, de son nom complet Alstroemeria aurea, est encore appelé lis des Incas ou lis du Pérou. Ces appellations nous en disent un peu sur son origine, l’Amérique du sud, du Pérou au Chili en passant par le Brésil. Son nom lui vient de celui qui l’a ramené jusqu’en Europe, le naturaliste suédois, Clas Alströmer, au 18ème siècle. Sa culture resta confidentielle en Europe, jusqu’aux années 1950 où il commença à être cultivée aux Pays Bas, pour la fleur coupée.

Culture

L’asltromère pousse bien dès lors qu’on a compris les points suivants : il lui faut du soleil et une terre humifère et fraîche. Dans son milieu d’origine, il pousse aux bords des ruisseaux. Trop d’ombre, et il végète et finit par disparaître. Sol trop sec, il fleurit mal. Dans une bonne terre riche en matières organiques, en situation bien exposée, il fleurit très abondamment, de mai aux gelées, sans discontinuer.

Il est réputé rustique jusqu’à -10°C, mais j’en ai au jardin depuis des années où il a subi des pointes à -17°C certains hivers. Je prends soin de le pailler (mulch épais de paille, de feuilles et de compost), et tous les ans, il redémarre. Attention, choisissez bien son emplacement, il déteste être déplanté, au point de ne pas s’en remettre parfois !

J’en cultive plusieurs variétés. Il s’agit des cultivars Louet et Saturne. J’en ai aussi installés deux autres, achetés en jardinerie mais vendus sans nom, un rouge et un jaune.

L’astromère a un seul ennemi : les limaces ! Il faut donc bien surveiller au printemps. Elles peuvent en effet faire des dégâts considérables au moment où les nouvelles pousses sortent de terre. Mais une fois sorties, plus de problèmes, les limaces les laissent tranquilles.

Quand les conditions lui plaisent, c’est une plante facile. Elle s’intègre bien aux massifs de vivaces et qui ne déparera pas non plus un beau massif d’exotiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.